day trading ET 25000USD sur IB

Forum généraliste.<br>
Les thémes principaux de discussions donneront lieu à la création de nouveaux forums.

Modérateur : webmaster

loky
Messages : 12
Enregistré le : 02/09/2007 19:15

Message par loky » 05/09/2007 09:53

pensez vous que le livre options et produit derive de Hull soit un bon support de comprehension ?

donc pour resumer, avec une bonne combinaison d'option, il est quasi improbable de perdre (ou pas grand chose) ?

c_alex
Messages : 217
Enregistré le : 17/08/2007 01:00

Message par c_alex » 05/09/2007 13:15

Réponse de normand. Oui et Non.
Si les dérivés sont utilisés à des fins de couverture :
On pourrait par une combinaison judicieuse de dérivé (dont option) réduire le risque à 0.
Néanmoins, il n'y a pas de miracle, la rentabilité du montage se ramènerait au taux sans risque.
Donc autant acheter une obligation AAA+ à taux variable.
Reste qu'on peut selectionner ses risques.

Spéculation :
Ici les options se révèlent des instruments très risqué (à hauteur de 100% pour l'achat et > 100%) pour la vente.

Arbitrage :
A mon sens, la plus efficace des stratégies, permet de profiter des anomalies du marché.
Mais il faut avoir un modèle (pour pricer) performant.
Exemple : je considère que les options ne sont pas chères vu la volatilité des marchés, donc j'achète simultanément un put et un call. Et je les revend quand elles seront à nouveau bien valorisées (avec une plus value)

gigi
Messages : 1000
Enregistré le : 09/01/2005 20:30
Localisation : Paris
Contact :

Options.

Message par gigi » 05/09/2007 18:24

Ici les options se révèlent des instruments très risqué (à hauteur de 100% pour l'achat et > 100%) pour la vente.
Faux. A l'achat, effectivement, le risque est de tout perdre... C'est d'ailleurs près probable, car vous jouer contre le temps. A la vente, en "roulant les positions" de mois en mois, le temps vous aide à corriger vos erreurs.
Exemple: Vous pensez que le CAC va rester stable. Vous vendez un PUT/PXA à 5500 échéance septembre (soit un peu en dessous du cours actuel). Si le CAC est au dessus de 5500 le 3ième vendredi de septembre, vous avez empoché la mise. C'est donc gagné.
Si le CAC descend en dessous de 5500 à l'échéance, vous roulez votre position, c'est à dire que vous rachetez votre position 5500, et vous vendez la position 5500 échéance octobre. Par exemple, si le CAC40 est à 5450, vous devez racheter à 50 points... Et en même temps, vous vendez le PUT 5500 octobre à 150 points. <<instantannément>>, vous regagnez 100 points, ce qui fait baisser d'autant votre point mort. Et ainsi de suite. En baissant chaque mois de 100 points votre point mort, vous êtes assez vite positif, sauf si la CAC40 baisse de plus de 100 points chaque mois, ce qui est fort peu probable sur quelques mois.
Aussi, à terme de quelques mois, en étant CONSTANT sur les options, en roulant systématiquement, vous ne pouvez pas perdre d'argent, ou de toutes façons, nettement moins qu'un investissement en action en direct, puisque le temps est toujours en votre faveur (si il y a bien quelque chose de prévisible, c'est le passage du temps !! Et le retour en arrière est impossible, ce qui fait la force d'une position vendeur d'options).

ugo
Messages : 89
Enregistré le : 22/07/2006 14:27

Message par ugo » 05/09/2007 21:53

c_alex a écrit :Réponse de normand. Oui et Non.
Si les dérivés sont utilisés à des fins de couverture :
On pourrait par une combinaison judicieuse de dérivé (dont option) réduire le risque à 0.
Néanmoins, il n'y a pas de miracle, la rentabilité du montage se ramènerait au taux sans risque.
Donc autant acheter une obligation AAA+ à taux variable.
Reste qu'on peut selectionner ses risques.
Les obligations a taux variable ne sont pas tout a fait sans risque !
c_alex a écrit : Spéculation :
Ici les options se révèlent des instruments très risqué (à hauteur de 100% pour l'achat et > 100%) pour la vente..
Mériterait un développement mais c'est exact !
c_alex a écrit : Arbitrage :
A mon sens, la plus efficace des stratégies, permet de profiter des anomalies du marché.
Mais il faut avoir un modèle (pour pricer) performant.
Exemple : je considère que les options ne sont pas chères vu la volatilité des marchés, donc j'achète simultanément un put et un call. Et je les revend quand elles seront à nouveau bien valorisées (avec une plus value)
Ce n'est pas de l'arbitrage mais de l'anticipation !

Cordialement.

c_alex
Messages : 217
Enregistré le : 17/08/2007 01:00

Message par c_alex » 07/09/2007 00:12

Mériterait un développement mais c'est exact !
Effectivement,
l'avantage :
L'effet de levier, et le fait que la perte est limitée au premium.

Le risque :
Plus le temps passe, et plus l'option perd de sa valeur (la valeur temps).
Si le scénario ne se réalise pas c'est une perte sèche.

gigi
Messages : 1000
Enregistré le : 09/01/2005 20:30
Localisation : Paris
Contact :

Options.

Message par gigi » 07/09/2007 17:38

Rappel: A jouer contre le temps, à terme, vous perdrez (à moins d'avoir toujours raison !!), alors que le coté qui récupère le prémium, donc touche la valeur temps, finira par gagner à force de rouler la position.

loky
Messages : 12
Enregistré le : 02/09/2007 19:15

Message par loky » 08/09/2007 09:13

que signifi jouer avec le temps ou contre le temps ?

phildij
Messages : 79
Enregistré le : 23/08/2007 14:02

Message par phildij » 08/09/2007 10:43

Hello,

A nouveau, je propose un livre à la lecture. Il contient des passages très intéressants sur les options. Ce livre est cependant un peu ancien ; on ne doit le trouver que d'occasion.

Marchés financiers. 3ème édition (Broché)
de Patrice Vizzavona (Auteur)

http://www.amazon.fr/March%C3%A9s-finan ... 897&sr=1-3

:)

gigi
Messages : 1000
Enregistré le : 09/01/2005 20:30
Localisation : Paris
Contact :

Temps.

Message par gigi » 14/09/2007 21:40

Jouer "avec le temps", signifie que vous gagnez de l'argent quand le temps passe, toutes choses étant égales par ailleurs.

Par exemple, prenons un CALL 200 (pour une action qui vaut 160). Il vaut 0.4 à un moment donné. Quelques temps plus tard, si rien n'a changé (ni sa volatilité, ni son cours), et bien cette option aura baissé et vaudra 0,3 par exemple. Le jour de l'expiration de l'option, elle vaudra 0, puisque qu'il n'y aura aucun intérêt à exercer l'option, puisque l'action vaut moins de 200.

Jouer avec le temps signifie vendre cette option, et donc gagner de l'argent sur la variable temps, quoi qu'il arrive, toutes choses étant égales.
Dans l'exemple, le vendeur de l'option, qui a joué avec le temps, aura gagné 0,4.

Quand à celui qui a acheté l'option, et donc qui a joué contre le temps, il aura perdu l'intégralité de sa mise, à savoir 0,4.

loky
Messages : 12
Enregistré le : 02/09/2007 19:15

Message par loky » 24/09/2007 10:29

je vais surement paraitre idiot mais je ne comprend toujours pas pourquoi on appel ca jouer avec le temps.

il est logique qu'en tant que vendeur on ramasse la prime, mais si l'objectif est atteind l'acheteur gagne plus.

la ce que tu dit c'est qu'il est plus rentable de vendre que d'acheter ... ?

gigi
Messages : 1000
Enregistré le : 09/01/2005 20:30
Localisation : Paris
Contact :

Option vendeur/acheteur.

Message par gigi » 24/09/2007 17:53

On dit effectivement courament que l'acheteur d'une option peut perdre toute sa mise, mais aussi gagner "à l'infini"... tandis que le vendeur d'option gagne uniquement la prime (au mieux), et peut perdre "à l'infini".
C'est tout à fait exact dans la théorie. En pratique, vous jouez sur les probabilités. Si vous avez tord en tant qu'achateur d'option, vous perdrez très souvent votre mise. Coté vendeur d'option, il faut que le cours de l'action atteigne déjà le prix du strike pour commencer à avoir tord. Et ensuite, rien ne vous empêche d'acheter (resp vendre) l'action sous-jacente pour couvrir.
Ainsi, avec une couverture dynamique, la position vendeur de temps gagne toujours, alors que la position acheteur perd toujours.

Evidement, c'est comme au loto... Il peut y avoir des options fortement gagnantes en étant positionné contre le temps: c'est d'ailleurs ce que vous vendent les banques dans les revues gratuites sur les Warrants: ce sont les "gagnants" qui sont vendeurs, mais on ne vous présente pas la proportions de perdants !! et pour cause....
De mon point de vue, si on compare au loto, je préfère être du coté de l'état, car je suis certain de gagner "en moyenne" (j'encaisse la prime quoi qu'il arrive), puisque le temps s'écoule toujours. Evidement, mes gains sont inférieurs à ce que peut gagner un acheteur de Warran (puisque je ne gagne au mieux "que" la prime)t, mais la probabilité de gain est de proche de 100% pour moi, alors qu'elle est faible pour le coté opposé.

gigi
Messages : 1000
Enregistré le : 09/01/2005 20:30
Localisation : Paris
Contact :

Exemple temps.

Message par gigi » 24/09/2007 17:58

A titre d'exemple sur ce que je dis dans le post précédent, allez faire un tour dans la partie "dérivé" de ce forum, sur la position proposée en début l'année sur le CAC40... La position est bien meilleure que celui qui a acheté le CAC40, grâce au temps qui passe principalement... car l'objectif visé d'un CAC40 à 6000 en fin d'année est loin d'être acquise.
Et pourtant, regardez ce que l'on gagne...
Vendredi, le FCE/décembre est à 5750, et le PXA/6000 est coté 337 (PUT), et 92 (CALL). Je vous laisse calculer le gain comparé au CAC.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités