Néphyte posabt une question basique

Questions, opinions & analyses sur l'orientation des différents marchés ou valeurs

Modérateur : webmaster

Répondre
pab78
Messages : 1
Enregistré le : 07/02/2007 22:54

Néphyte posabt une question basique

Message par pab78 » 11/02/2007 13:06

Bonjour
Jeune boursicoteur (50 ans ) depuis 3 4 mois j 'ai portefeuille de 15 000 euros investi en Bourse (le reste est en Opvm , assurance vie, Sicav) . Dans mon portefeuille suivant les conseils des magazines pas une valeur ne dépasse les 30% du portefeuille.
j ai donc des EADS , Thomson ,Environnement SA, M6 ,IMS , Avanquest et ILLIAD.
Ma question concerne cette dernière action. J' avais mis un ordre de vent à 80 Euros. Lundi dernier enlisant les articles sur Illiad (benefices supérieurs aux attentes, augmentation des abonnés) j ai annuléé mon ordre de vente en me disant arrivé a 79 euros ça va monter beaucoup plus...
Et bien non c a a été l'inverse.
je me doute que la bourse n'est pas rationnelle mais j aimerais comprendre.
Qui peut éclairer ma lanterne de petit porteur (taille nain )

Merci
pab78

ugo
Messages : 89
Enregistré le : 22/07/2006 14:27

Message par ugo » 11/02/2007 20:07

Bonjour,

Ici nous sommes tous des nains, nous devons faire preuve d'humilité et se
méfier des "évidences".

Les grands investisseurs ont tous une cohorte d'analystes, a quoi serviraient-
ils si la bourse etait totalement irrationnelle ?

Logiquement une action monte si les anticipations sont bonnes, la moyenne
de ces anticipations s'appelle le concensus, le consensus fait le cours.
Si les résultats effectifs sont moins bons que ce que le marché anticipait (le
consensus) l'action baisse même si les résultats sont meilleurs que l'année
précédente.

L'important est donc de savoir ce que le marché anticipait réellement avant
l'émission des résultats.

Cordialement.

gigi
Messages : 1000
Enregistré le : 09/01/2005 20:30
Localisation : Paris
Contact :

30%, c'est trop !

Message par gigi » 11/02/2007 23:36

30% pour une valeur, c'est bien trop ! Vous ne devriez pas dépasser 10%-15%. En gros, avec 15.000€, cela fait 10 lignes à 1500€, à l'origine. Au fil du temps, le portefeuille se "déséquillibrera", puisque des valeurs monteront et d'autres baisseront, ec qui devrait vous amener à faire des arbitrages... quand par exemple une valeur représentera 30% du portefeuille !!
Ceci étant, relativisons: si l'argent que vous avez mis en bourse représente 1/4 de votre patrimoine, alors les 30% que vous dites ne représentent en fait plus que 7,5% effectif, ce qui est tout à fait raisonnable dans ce cas.

Sinon, sur la composition de votre portefeuille, on peut dire que vous avez le moral... J'ai du mal à croire qu'un magazine vous ait donné cela comme portefeuille type pour démarrer, mais bon, il en faut pour tous les goûts !
Ici nous sommes tous des nains, nous devons faire preuve d'humilité et se méfier des "évidences".
Même un investisseur chevronné devrait suivre cette maxime. Autant dans certains domaines on peut devenir un "expert", autant en Bourse, je crois bien que c'est impossible... on se laissera toujours surprendre un jour par un cours qui explose ou qui s'étalle. L'investisseur qui n'a vu/vécu cela est encore débutant... ou aveugle !
Les grands investisseurs ont tous une cohorte d'analystes, a quoi serviraient-ils si la bourse etait totalement irrationnelle ?
Et pourtant! En 2000, en pleine bulle, tout le petit monde de la finance ventait les mérites des entreprises ".net"... Après cette époque, bien des gens ont pu se demander à quoi ils servaient. Du moins, les analystes ont bien mal servi leur profession. A tel point qu'après la bulle, une autre dictature est apparue: Celle des notations financières (vous savez les AA+, BB-, etc...). Ces changements d'opinion faisaient monter ou baisser le cours des actions. Actuellement, c'est un peu moins vrai, semble-t-il, et les analystes commencent à reprendre de la crédibilité. Jusque quand ?

JR
Messages : 6
Enregistré le : 14/02/2007 14:48
Localisation : Sud ouest région parisienne

Message par JR » 08/03/2007 12:50

Sur le fond de la question initiale, je dirai que la bourse est rationnelle sur le long terme, mais peut être irrationnelle voire erratique sur le court et encore plus très court terme.

Bien évidemment sur le fond le cours résulte d'une anticipation du futur.
Mais il y a aussi l'accumulation des anticipations passées versus la psychologie des investisseurs antérieurs: notamment sur une valeur jeune de forte croissance (Iliad), certain on pu parier sur une croissance encore plus forte, et se retirer lorsqu'ils voient que cette croissance ralentit un peu (même en restant très supérieure aux grandes valeurs de la cote).

C'est pourquoi il faut raisonner déjà en fonction du type de valeur (croissance, de rendement), selon les secteurs (en regardant le rapport cours/bénéfice, "PER", en fonction de la moyenne du secteur et de la catégorie -ou encore d'autres ratio significatifs, selon par ex. que l'activité exige ou pas de forts investissements-.

Il n'est pas rare de voir une valeur baisser après la publication de bons résultats "conformes aux attentes": explication habituelle: cette annonce était déjà dans les cours (hausse des mois précédents), et il n'y a pas eu de bonne nouvelle supplémentaire.
A l'inverse, une bonne nouvelle, même pas très importante, peut faire bondir un cours, notamment sur une valeur d'un secteur qui n'a pas le vent en poupe.

Ensuite il y a la spéculation à court terme, les interventions des grands investisseurs (quand Albert frères ou boloré achète ou vend, cela a déjà un impâct sur les cours à court terme, et comme beaucoup les imitent...). Les modes (si, si..).
La bourse est aussi très rancunière: un secteur (internet/télécom après la bulle de 2001/2002), et a fortiori une valeur peut mettre très longtemps à retrouver grâce auprès des investisseurs après avoir déçu (à raison ou à tort, peu importe).

Tout l'art est de jouer de ces irrationnalités à court terme, mais sans s'engluer trop longtemps... ni se tromper...

Une gestion plus tranquille est de jouer le long terme en faisant abstraction des variations à moins de quelques années (gestion patrimoniale, de "père de famille"). mais alors il est vrai qu'on peut se demander pourquoi ne pas se contenter d'OPCVM, ou, maintenant, de tracker sur indices...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité