Principes de Finance Moderne

Couverture du livre 'Principes de finance moderne'

Commander ce livre sur Amazon


Caractéristiques

Titre : Principes de Finance Moderne
Auteurs : Robert GOFFIN
Publication : 1999 (2ème édition)
Editeur : ECONOMICA
ISBN : 2-7178-3786-8
Nombre de pages : 664
Prix : 245 francs (ou 37,35 euros)


4ème de couverture

Cet ouvrage présente trois caractéristiques propres.

  • Le domaine couvert appartient à la fois à la finance d'entreprise et à la finance de marché. Les découpages artificiels de certains problèmes sont ainsi évités.
  • Le raisonnement central est privilégié et développé de façon complète et approfondie. En revanche, certaines questions adjacentes ne sont pas traitées.
  • Les dernières avancées de la finance moderne sont incorporées. Une importance particulière est ainsi attribuée aux options financières et aux options réelles.

La première partie est consacrée à la théorie moderne de gestion de portefeuille et à son prolongement, le modèle d'équilibre du marché financier (MEDAF).

La deuxième partie concerne les décisions financières de l'entreprise : choix des investissements et choix des moyens de financement. Son soubassement théorique est constitué par l'équilibre du marché financier, par la théorie du signal et par celle de l'agence.

La troisième partie est consacrée aux options financières et utilise à la fois l'analyse en temps continu et l'approche binomiale.

La quatrième partie, qui traite des options réelles, analyse le renouvellement conceptuel complet du choix des investissements, à la lumière de la théorie des options.

Robert GOFFIN est professeur à l'Université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Il a enseigné dans plusieurs universités et grandes écoles françaises et étrangères dont l'ENSAE où il a été professeur pendant une quinzaine d'années. Il est aussi consultant auprès de banques, d'entreprises et d'organismes internationaux. Il a publié de nombreux ouvrages et articles.


Avant-propos

La finance moderne remonte-t-elle à la chute de Constantinople en 1453 ? Non ! Ce sont les "Temps Modernes" qui commencent en 1453. On fait habituellement remonter la finance moderne à 1958 (travaux de Markowitz et de Modigliani-Miller).

Combien de prix Nobel d'économie la finance moderne a-t-elle obtenu dans les années 90 ? Beaucoup, amusez-vous à les compter ! Les deux derniers viennent d'être attribués en 1997 à Merton et Scholes.

La discipline scientifique que nous appelons finance moderne est donc récente et amplement décorée. En quoi se distingue-t-elle de la finance traditionnelle ? Cette dernière est essentiellement descriptive, à base comptable et institutionnelle. La finance moderne a un objectif différent : elle veut expliquer les phénomènes financiers et indiquer les meilleures décisions financières à prendre pour gérer les entreprises ou les portefeuilles. La méthode employée est quatitative : elle repose sur une modélisation qui permet l'utilisation d'un langage scientifique, de raisonnements déductifs et de vérifications empiriques.

L'objectif du présent ouvrage et la méthode employée s'inscrivent dans ce cadre. Nous utilisons la théorie financière moderne d'une part pour expliquer les phénomènes financiers sur le marché et dans l'entreprise et d'autre part pour prendre les décisions de gestion.

Une caractéristique propre de ce livre est donc de traiter à la fois de finance de marché et de finance d'entreprise. Ces deux domaines de la finance moderne sont si étroitement imbriqués, que leur réunion dans un même ouvrage présente de nombreux avantages.

Si la cohérence conceptuelle globale nous a paru fondamentale, c'est que nous voulons privilégier le raisonnement. C'est le raisonnement qui est formateur pour les étudiants. C'est lui qui permet de comprendre les différents phénomènes financiers et de prendre les bonnes décisions. Il existe un petit nombre de raisonnements financiers fondamentaux, de "principes", qu'il est important de bien assimiler et sur lesquels nous insistons (d'où le titre du livre). Nous évitons les collections de points particuliers non reliés entre eux par un raisonnement d'ensemble et les règles artificielles qui ressemblent à des recettes de cuisine. Nous souhaitons contribuer à développer le sens du raisonnement financier chez le lecteur.

Cet ouvrage n'est pas, non plus, un "survey" qui veut couvrir tout le domaine, en étant simplement allusif sur un grand nombre de questions. Nous avons pris un parti qui est à l'opposé. Nous ne développons que l'essentiel, en privilégiant le raisonnement, exposé lentement et de façon complète. Plusieurs questions abordées par la finance moderne ne sont donc pas traitées : ainsi en est-il de la théorie APT, des futures, de nombreux produits financiers nouveaux comme les obligations convertibles ou les bons de souscription. En revanche, les options sont traitées de façon approfondie et généralisable à de nombreux actifs dérivés. Les domaines spécialisés comme les fusions-acquisitions, la gestion de trésorerie, la finance internationale ne sont pas abordés.

L'ouvrage tient le plus grand compte des changements rapides de l'environnement financier et des avancées scientifiques récentes. Il convient cependant de ne pas céder à tous les caprices du moment. Ici encore, nous avons choisi l'essentiel pour faire une analyse en profondeur. Nous insistons sur la théorie du signal et celle de l'agence qui viennent de renouveler des domaines entiers de la finance d'entreprise. Nous consacrons une partie entière aux options financières et une autre aux options réelles qui aboutissent à une révolution dans le domaine du choix des investissements des entreprises.

Il est important de préciser le niveau de difficulté scientifique de l'ouvrage, en particulier en mathématiques et statistiques. Disons qu'il est moyen. Il ne s'agit ni d'un ouvrage introductif en finance, ni d'un ouvrage réservé à un public possédant au moins une maîtrise de mathématiques ou son équivalent.

On doit signaler une certaine différence de niveau entre les quatre parties. Les deux premières, consacrées l'une à la théorie du portefeuille et du marché du capital et l'autre aux décisions financières dans l'entreprise, sont un peu plus faciles que les deux dernières qui traitent des options financières et des options réelles.

On peut dire que les deux premières parties conviennent très bien à des étudiants de dernière année de maîtrise (de gestion ou de sciences économiques) ou d'écoles supérieures de commerce, ayant déjà suivi un cours introductif de gestion financière et ayant le niveau de mathématiques et de statistiques auquel les conduit habituellement leur cursus. Les deux dernières parties s'adressent plutôt à des étudiants de DESS ou de DEA. L'ensemble convient à des étudiants de grandes écoles d'ingénieurs ou de filières universitaires scientifiques ayant suivi un cours introductif de finance.

L'ouvrage s'adresse aussi aux praticiens et aux professionnels de la finance souhaitant compléter ou actualiser leurs connaissances en finance moderne. Une "mise à jour" est souvent nécessaire dans un domaine nouveau dont l'évolution est rapide.

Une utilisation modérée des mathématiques et statistiques probabilistes ainsi que le développement complet et à un rythme qui n'est pas trop rapide de tous les raisonnements essentiels, rendent l'ouvrage facilement utilisable par un large public.

Les personnes désireuses de compléter et d'approfondir, par des lectures complémentaires, les développements contenus dans ce livre, de même que les jeunes chercheurs trouveront, à la fin de chaque chapitre, une bibliographie sélective, classée par thème, souvent complétée par quelques indications ou commentaires.


Préface de la deuxième édition

Cette deuxième édition comporte un supplément important par rapport à la première. Il s'agit de deux chapitres entièrement nouveaux et qui ne figuraient pas, même de façon partielle, dans la première édition. Ce sont les chapitres 4 et 5 qui traitent l'un de l'efficience des marchés et l'autre de la mesure de performance des portefeuilles. Leur importance au sein de la construction générale que constitue la Finance Moderne est considérable. Leur adjonction est donc loin de constituer un nouvel apport insignifiant par rapport à la première édition.

Cette deuxième édition est également enrichie de nouvelles références bibliographiques très récentes.

L'organisation des développements reste celle de la première édition et repose sur des considérations logiques. La théorie du portefeuille, qui vient en tête, constitue le soubassement logique de la théorie des marchés financiers et cette dernière est le préalable indispensable à l'étude des décisions financières de l'entreprise.

En effet, l'objectif de la firme est de maximiser sa valeur de marché. Lors de l'étude d'une décision que l'entreprise doit prendre (décision d'investissement ou de financement), il convient donc d'examiner l'incidence de cette décision sur la valeur de marché de la firme. Il est impossible de le faire si l'on ne dispose pas, au préalable, d'un modèle d'évaluation de la firme sur le marché.

Ainsi les trois étapes constituées par la théorie de portefeuille, l'équilibre des marchés financiers et les décisions financières de l'entreprise se succèdent-elles dans un ordre dicté par une logique interne.

La théorie des options mérite un développement séparé. Il s'agit d'un cas particulier. Très particulier et très important. Certes les options financières constituent un actif financier et il paraîtrait logique, à priori, de les inclure dans la partie consacrée à l'évaluation des actifs financiers, à côté du MEDAF (Modèle d'Evaluation des Actifs Financiers). Mais leur mode d'évaluation relève d'une logique totalement différente de celle du MEDAF. Leur caractère plus récent (tant en ce qui concerne le développement des marchés que celui de la théorie), la logique différente qui préside à leur évaluation et leur utilisation tout à fait particulière justifient amplement une étude séparée.

Comme précédemment, le modèle d'évaluation des options sur le marché se prolonge par son application aux décisions de gestion de l'entreprise. L'application concerne ici le choix des projets d'investissement (options réelles).


Table des matières

Avant-propos7
Préface de la deuxième édition11
 
PREMIERE PARTIE
Théorie du portefeuille
et des marchés financiers
Chapitre 1 - La décision financière en situation de risque :
théorie de l'utilité
 
15
Chapitre 2 - La théorie du portefeuille39
Chapitre 3 - La théorie du marché du capital73
Chapitre 4 - L'efficience des marchés109
Chapitre 5 - Mesure de performance des portefeuilles141
 
DEUXIEME PARTIE
Décisions financières des entreprises :
Choix des investissements
Choix du financement
Chapitre 6 - La décision d'investissement : première approche169
Chapitre 7 - Décision d'investissement et risque187
Chapitre 8 - La politique de dividende. Premiers aspects215
Chapitre 9 - La politique de dividende. Autres aspects231
Chapitre 10 - L'endettement sur un marché parfait. L'effet de
levier dû à l'endettement
 
253
Chapitre 11 - Effet fiscal, coût de faillite et taux d'endettement
optimal
 
275
Chapitre 12 - Structure du financement et nouveaux courants
de la finance moderne
 
291
Chapitre 13 - Effets secondaires du financement et décision
d'investissement
 
321
 
TROISIEME PARTIE
Les options
Chapitre 14 - Les options : définitions, propriétés de base et
principes fondamentaux
 
363
Chapitre 15 - Processus stochastique et lemme d'Ito383
Chapitre 16 - La modélisation du cours des actions407
Chapitre 17 - Evaluation des options par la méthode de Black
et Scholes
417
Chapitre 18 - L'évaluation des options par la méthode binomiale429
Chapitre 19 - Extension du modèle de Black et Scholes aux
options sur actions avec dividendes. Applications
aux options de change
 
 
451
Chapitre 20 - Extensions du modèle binomial467
Chapitre 21 - Sensibilité des options et couvertures481
Chapitre 22 - Généralisation de l'évaluation des produits
dérivés : support constitué par une variable non
financière
 
 
497
 
QUATRIEME PARTIE
Les options réelles
Chapitre 23 - L'application de la théorie des options au choix
des investissements des entreprises : principes et
concepts. Options réelles de base
 
 
511
Chapitre 24 - Flexibilité et options réelles d'exploitation529
Chapitre 25 - Le modèle de base en temps discret. Choix du
meilleur moment pour investir. Déterminants de
la décision d'investissement
 
 
561
Chapitre 26 - Le modèle de base en temps continu583
Chapitre 27 - Extensions du modèle de base601
 
Annexe : Tables financières619
Index thématique635
Index des auteurs cités643

Acheter ce livre

Acheter le livre 'Principes finance moderne' sur Amazon.


 Haut de la page  Bibliographie  Itinéraire de lectures  Sommaire du site

Icône Facebook Icône Twitter Icône RSS